Archives‎ > ‎

Les lecteurs réagissent


***********
08 février 2011

Marre de répéter désespérément le même discours à des personnes qui ne savent pas lire les textes de loi et qui font aveuglément confidence à la constitution, à la gauche pétard et à leur mari…

NON cette initiative ne concerne pas que les armes militaires, OUI cette initiative va toucher directement les armuriers, chasseurs, collectionneurs, sportifs et passionnés que nous sommes, OUI on ne va pas pouvoir justifier, même en tant que collectionneur(se), le besoin d’une arme automatique ou d’un fusil à pompe…

Au nom de notre droit de citoyen Suisse qui nous autorise à garder une arme à la maison allez voter NON à cette initiative ! 

Une collectionneuse passionnée

***********
05 février 2011

Réaction d'un lecteur, qui nous fait un parallèle sur la question des libertés.

"A vous Mesdames Socialistes ou PDC favorables à cette initiative liberticide, si vous voulez sauvez des vies, alors opposez vous à l'avortement. Je suis scandalisé par ces milliers de meurtres de foetus, tous ces petits êtres assassinés. Si l'on peut sauvez une vie, il faut la sauvez même si adulte il se suicidera avec une arme d'ordonnance. Non à cette horrible violence utérine et aux  médecins socialistes complices ! Vous voyez mesdames comme mon commentaire vous parait politiquement incorrecte parce qu'il s'attaque à une liberté pour laquelle certaines d'entre vous se sont battues. L'initiative que vous soutenez vise à confisquer une liberté à des citoyens et des citoyennes. C'est pour défendre la liberté que nous devons voter NON à cette initiative"


***********
03 février 2011

Voici à quoi ils en sont réduits !

Certaines des personnes qui soutiennent l'initiative pensent qu'elle permettra de renforcer la sécurité dans notre pays. Nous pensons – nous savons – que ce ne sera pas le cas. Certaines des personnes qui soutiennent l'initiative se servent de ce moyen – démocratique et légitime – pour détruire notre société, notre pays. Parmi ces derniers, il en est qui se permettent toutes les bassesses.

En voici un exemple:

http://vimeo.com/19471645


Ce film devrait être diffusé largement, pour bien montrer à quelle saloperie sont prêts certains des partisans de cette initiative. Ce film est une offense à l'humanité. C'est une offense à tous ceux qui ont un jour perdu un être cher d'une manière violente. C'est une offense à tous ceux qui ont été un jour confrontés à la violence. C'est une ordure, créée par une ordure.


Que le "créateur" me poursuive ne justice, s'il l'ose. Si vous voulez lui dire mon impression, vous le trouverez à cette adresse:

http://www.romaingraf.ch/

Je lui ai déjà fait savoir ce que je pense de lui.


F.L. 3 février 2011

La vérité sur les armes


***********
31.01.2011

A vous les femmes, vous qui êtes en moyenne plus intelligentes que les hommes. Comment pouvez vous supporter que les initiants et les groupes qui les soutiennes, vous prenne pour des naïves et se moquent de vous en espérant vous faire adhérer à leur cause par le biais de l'émotionnel ?

Et pour y arriver, ils n'hésitent pas à avoir recours aux mensonges tout en espérant pouvoir vous manipuler à leur guise. 
J'ai une entière confiance en l'instinct des femmes, qu'elles savent bien souvent écouter et qui les mènes régulièrement à faire le bon choix dans leur vie !

Vous savez dépasser vos peurs ! Votez contre cette initiative écoutez votre coeur pas votre peur.

La vérité sur les armes.

***********
30 janvier 2011

Jan Krepelka
Droit des armes


***********
30.01.2011

Encore une fois, les politiques nous poussent à voter sous le coup de

l’émotion et non celui de la réflexion. Les partisans et les opposants

de l’initiative avancent leurs chiffres et se lancent dans

d’hypothétiques prédictions sur le nombre de vies en jeu alors que le

titre de l’initiative est déjà un mensonge : « La violence des armes.

» Comme si une arme pouvait être violente ?



Je voterai non à cette initiative et ce ne sont ni les besoins

stratégiques de notre armée, ni l’envie de dormir avec un fusil sous

le lit qui m’ont conduit à cette décision ; c’est mon besoin de

liberté.



On essaie de nous faire croire qu’une arme est dangereuse et que nous

sauverons de nombreuses vies grâce à cette initiative. Plusieurs

études ont démontré que la présence d’une arme peut faciliter le

passage à l’acte, mais aucune étude ne peut dire combien de désespérés

auraient choisi un autre moyen ou auraient renoncé à se suicider s’ils

n’avaient pas eu d’arme en leur possession. Seuls les initiants l’ont

fait, mais sur quelle base ? Et si nous poussions la réflexion plus

loin ? Les accidents de la route occasionnent bien plus de morts et de

victimes collatérales que les armes à feux et les liens de cause à

effet de l’alcool et de la vitesse sont avérés. Pourtant, la

consommation d’alcool est autorisée, la vitesse dans les zones

habitées est de 50 voir 60 km/h et il n’est pas question de supprimer

la voiture, mais plutôt de légaliser certaines drogues. Aux yeux d’une

certaine classe politique, il y a sans doute des libertés auxquelles

il ne faut pas toucher !



Nous avons déjà une législation très stricte sur la détention et

l’utilisation d’armes à feu. L’armée a entrepris des réformes quant à

l’octroi et le dépôt des armes de service ainsi que le retrait de la

munition de poche.



La violence est toujours le fait d’individus. Concentrons nos efforts

sur ces gens et non sur les citoyens responsables qui refusent de voir

leurs libertés de plus en plus contrôlées. C’est pour cela que je

voterai NON le 13 février prochain.


Frédéric Etter


***********

26 janvier 2011


Un correspondant de Swissguns me rend attentif à un détail: 

si nous perdons et que fusils à pompe et armes automatiques doivent être rendus, la Confédération devra les payer ! 


Constitution fédérale 

Art. 26 Garantie de la propriété

1 La propriété est garantie. 

2 Une pleine indemnité est due en cas d’expropriation ou de restriction de la propriété qui équivaut à une expropriation. 

Or, on l'a vu avec la loi actuelle, les fusils à pompe sont non seulement les "riot guns", mais aussi des armes plus légères (comme en .22 LR). Cela commence à faire du fric. 

Petit calcul basé sur un exemple, elle devrait en moyenne plus de 5000 fr. Multiplié par 20'000 (un chiffre en l'air de propriétaires concernés possibles), cela fait 100 mio ! 

Ca vaudrait la peine de le faire savoir !


A bon entendeurs....

***********

 
Interview du Général Cosgrove.

Une femme a interviewé à la radio le Major Général australien Peter Cosgrove au sujet des scouts qui visiteront le QG militaire aux frais de l'armée (un genre de camp d'été, quoi).

La journaliste : Donc, Général Cosgrove, qu'allez-vous enseigner aux scouts sur votre base ?
...
GENERAL COSGROVE: Le tir à l'arc, le tir a la carabine, le canoë et l'escalade.

La journaliste : Le tir, ne trouvez vous pas ça irresponsable ?

GENERAL COSGROVE: Je ne vois pas pourquoi ce le serait, ils seront encadrés de façon appropriée.

La journaliste : Admettez que le tir est une activité très dangereuse à enseigner aux enfants !

GENERAL COSGROVE: Je ne vois pas pourquoi. Nous leurs enseignerons la discipline nécessaire aux armes à feu avant qu'ils n'en touchent une.

La journaliste : Mais vous les équipez pour en faire des tueurs violents !

GENERAL COSGROVE : Mais... Madame, vous êtes parfaitement équipée pour faire de la prostitution... en faites-vous... ?

...Silence sur les ondes, l'interview était terminée.

***********

23 janvier 2011


***********
16 janvier 2011

laveritesurlesarmes.ch : 

Nous ne sommes pas opposés à la diminution des accidents, ni des suicides ni, de violence commise au moyen d'armes à feux, nous sommes seulement contre un entravement systématique dirigé uniquement à l'encontre des gens qui respecte la loi et qui ne pose pas problème.

Ce que veut l''initiative est totalement louable mais les moyens qu'elles choisi de mettre en oeuvre, ne sont pas acceptables car ils ratent leur objectif, condamnent les gens honnêtes, et fait augmenter le risque de criminalité.

************

Mesdames, n'écoutez pas les menteurs

 

Le sondage de l’Institut gfs réalisé pour le compte de la SSR montre ce 14 janvier une majorité de 52 % de oui à l'initiative pour le désarmement du peuple suisse. Et le sondage précise que ce sont les femmes qui créent cette majorité de oui.

 

Mesdames, vous allez donc voter oui à cette initiative. Vous le ferez au nom de la sécurité de vos enfants.

 

Mais savez-vous Mesdames, que Géraldine Savary et ses amis sont des menteurs: ils vous disent que leur initiative fera baisser les suicides et les drames. Ils vous cachent que les normes qu'ils veulent imposer sont celles-là même qui augmentent l'insécurité.

 

Mesdames, en 1999 en Suisse, vos filles avaient 5,6 pour 100'000 de risque de se faire violer. Vos fils avaient 1,2 pour 100'000 de risque de se faire tuer par des petits malfrats des rues. En France, vos filles risquaient le viol à 14,4 pour 100'000, vos fils risquaient la mort à 1,9 pour 100'000 (chiffres pour 1999 du prof. Martin Killias, 16.05.2005). Et aujourd'hui, les statistiques officielles montrent que la violence a baissé en Suisse, alors qu'elle n'a fait qu'augmenter en France.

 

La France applique les normes que l'initiative veut imposer. Le résultat n'est pas concluant.

 

Une mère vraiment soucieuse de la sécurité de ses enfants doit voter NON à une initiative qui ne peut RIEN apporter, mais qui ouvre la porte à une société à la française, une société minée par la peur, qui ne peut plus faire face à ses gangrènes.

 

Ce ne sont pas les armes des citoyens suisses qui empêchent la violence, c'est l'esprit, le genre de société qui va avec ce genre de liberté. Enlevez la liberté, vous ôtez avec elle le tissu social qui est gage de sécurité.

 

Mesdames, au nom de nos enfants, je vous demande de réfléchir et de voter NON, le 13 février.

 

F.L. 14 janvier 2011



************

SAUVER DES VIES, AH BON ?

L'éditorial du jour d'Ariane Dayer du Matin est l'exemple typique de l'absence de raisonnement logique des partisans de l'initative anti-armes.

Le seul argument qu'elle présente est que même si elle ne sauvait qu'une vie, l'initative serait souhaitable. Au-delà de toute divergence d'opinion qu'on peut avoir avec madame Dayer, ce genre de discours implique plusieurs sophismes révélateurs d'un manque de réflexion rationnelle :

  • La non prise en compte du principe de rareté, autrement dit un déni de réalité : l'initative n'étant pas gratuite, ne serait-ce qu'en coûts de campagne, si l'argent aurait pu être utilisé pour sauver ne serait-ce que deux vies, alors l'intiative est un mauvais choix (il y a de quoi faire pour les pauvres du Tiers Monde, ou pour financer des soins jugés trop chers...). Nous pouvons ajouter que l'éditorial se base sur l'hypothése que l'initative pourrait éventuellement sauver au moins une vie. En vérité, on en sait rien. Mais il y a des tas de façons d'utiliser l'argent de la campagne qui permettraient à coup sûr de sauver plus d'une vie. Est-ce une question d'émotion ? Alors pourquoi être sensible à certaines morts mais pas à d'autres ? Et madame Dayer ose prétendre que l'initiative ne serait pas idéologique.
  • Une mauvaise application du principe de précaution, consistant à ne tenir compte des risques que de l'un des deux termes d'une alternative. Si l'initiative peut peut-être sauver des vies, elle peut peut-être aussi en coûter. Les armes peuvent aussi être utilisées pour se défendre et donc sauver des vies.

Plus généralement, on pourrait appliquer ce raisonnement aux 400 morts annuels sur les routes (interdisons les voitures), aux 3500 morts de l'alcool ou aux 9000 morts du tabac (interdisons l'alcool et le tabac). C'est avec ce genre de raisonnement prodigieux (interdisons l'alcool, si ça peut sauver au moins une vie !) que la prohibition d'alcool a sans doute été justifiée, avec tous les morts qu'elle a causés. Bref, si certains veulent se livrer à ce genre de petits calculs, ils pourraient au moins le faire comme il faut. Ou alors, ils pourraient aussi arrêter avec ce genre d'argumentaires constructivistes, et raisonner en termes de Droit. Mais ça, ce serait trop demander.

Source: http://laissez-faire.ch/fr/blog/sauver-des-vies-ah-bon/ 9 janvier 2011


************
12 janvier 2011

J'ai vécu un drame familial à l'âge de 13 ans; aujourd'hui encore, c'est difficile d'expliquer à mes enfants pourquoi leur grand-père est mort de cette façon. Mais je suis contre cette initiative à 100%. La violence existe sous d'autres formes, et personne ne pense à la combattre réellement. Aujourd'hui, dans les prisons, beaucoup plus de gens sont incarcérés pour meurtre à l'arme blanche.
Mon mari fait du tir par passion et je ne l'accompagne pas, mais je suis convaincue qu'il est responsable. Arrêtons de tout interdire, les gens doivent redevenir responsables d'eux-mêmes. Dernièrement, dans les médias, nous avons vu une majorité de drames dus à un couteau. Alors supprimons tous les couteaux et, après, supprimons quoi encore? Professionnellement, je vois tellement de violence sous toutes les formes, et personne ne réagit sauf en disant que c'est le stress.
Prochainement, nous allons déménager, mes enfants vont s'inscrire dans une société de tir, et je suis sûre qu'ils trouveront un club où le dialogue existe avec le respect d'autrui.


************
11 janvier 2011


Le port d'arme était libre en Suisse, avant 1999... Son interdiction (en 1999) avait pour but d'améliorer la sécurité au quotidien, selon ce même schéma "moins d'armes - moins de violence".

La situation de la criminalité et de la délinquance actuelle prouve l'exact contraire...

************

Voilà le texte envoyé ce jours 11.janvier 2011 au courrier des lecteurs du journal "Le matin". J'espère qu'il va permettre à certains indécis ou mal informés de voter non à cette initiative mensongère.

Votation du 13 février 2011

"Pour la protection face à la violence des armes", c'est sous ce nom racoleur qu'une minorité de gauche propose une initiative qui n'a pour but que de restreindre la liberté des citoyens et de les materner.

Nous pouvons trouver beaucoup d’arguments valables pour démonter cette initiative, tels que le nombre de décès (suicides, accidents et crimes) par armes à feu qui est en baisse (466 en 1998 contre 259 en 2008, soit un recul de 45%, chiffre de l’OFS). Les armes étant la 3ème méthode de suicide après l’empoisonnement et la pendaison (moyenne de 1998 à 2008, chiffre OFS), faut’ il aussi interdire les pharmacies et les cordes ? Ou encor la législation déjà existante en la matière (interdiction des armes automatiques,  nécessité d’avoir un permis d’achat remis par la police cantonale pour l’achat d’arme, etc.). Bien entendu modifier cette législation serait contraignante uniquement pour les honnêtes citoyens, les truands ne se préoccupant pas des lois… Pour plus d’informations, voir par exemple, www.laveritesurlesarmes.ch et swissgunblog.wordpress.com. 

C’est surtout ce dernier point qui doit attirer l’attention des tireurs et non-tireurs. En effet, l'initiative a également pour but de rendre obligatoire quelque chose qui est aujourd'hui autorisé, à savoir le dépot des armes de service à l'arsenal. 

Contraindre le citoyen d'effectuer une tâche dont il avait auparavant la liberté n'est rien d'autre que de lui retirer son libre arbitre!

En 2007, ces personnes ont déjà réussi à contraindre les soldats de remettre leur munition de poche, estimant certainement que le citoyen d'aujourd'hui est moins adulte et responsable que ses parents. Ne les laissons pas nous retirer nos droits de citoyens d'une des plus vieille démocratie du monde, en nous prenant tous pour des irresponsables incapables de discernement et en votant des lois allant à l'encontre de notre liberté de décision!

Le 13 février votons NON à cette initiative qui restreint nos libertés et qui ouvrira la porte à des lois qui légitiment la mise sous tutelle de tous les citoyens.

Gilles Dutoit


************
11 janvier 2011

Le port d'arme était libre en Suisse, avant 1999... Son interdiction (en 1999) avait pour but d'améliorer la sécurité au quotidien, selon ce même schéma "moins d'armes - moins de violence".
La situation de la criminalité et de la délinquance actuelle prouve l'exact contraire...
Cherchez l’erreur !

************

11 janvier 2011

L'article que Madame Cristiane Imsand publie ces jours dans la Liberté, Le Nouvelliste et votre quotidien et la Tribune libre d'Albert Tille soulèvent quelques questions:

Le socialiste neuchâtelois Didier Berberat affirme, dans cet article, que les chasseurs et les collectionneurs n'ont aucune raison de s'inquiéter. "Il s'agit d'affabulations de mauvaise foi", dit-il. Je retiens, avec tous les collectionneurs unanimes, que nous sommes affabulateurs et de mauvaise foi. Posez-vous la question: pourquoi tous les collectionneurs de ce pays sont-ils stupides au point de ne pas comprendre les bienfaits de l'initiative. C'est seulement parce que, concernés, ils voient que loin de promouvoir la sécurité, elle ne fera qu'aggraver l'insécurité publique. Par ailleurs, que Monsieur Berberat s'abstienne donc de quémander nos voix, à l'automne prochain !

Albert Tille, quant à lui se réfugie derrière l'opinion de l'ancien brigadier Hans-Ulrich Ernst. Il vaudrait mieux éviter de citer des gens qui ont un peu trop d'heures de vol. Un détail seulement: ce n'est pas en 1940, comme Ernst et Tille l'affirment, que le fusil a été donné à domicile (c'est la munition). Depuis que l'armée suisse existe, le soldat a eu son fusil personnel. Il fut même une époque où il devait l'acheter avant d'aller au service. Quant au tir obligatoire, dans la vision que Messieurs Ernst et Tille ont de l'armée, ils n'est effectivement plus de mise. Pas besoin de cela pour faire le "bodyguard" à Davos pendant le Forum économique. Mais pour conserver une armée de défense nationale efficace, c'est peut-être une autre question.

Frank Leutenegger

www.swissguns.ch

************

11 janvier 2011

Monsieur,

Je lis dans le Quotidien jurassien les propos que vous tenez sur la position des chasseurs.

A titre personnel, je pense que vous pouvez enlever le conditionnel et, surtout le premier "i" de "biaisés".

Car c'est ce que l'initiative prépare pour vous et pour tous les Suisses concernés, tireurs et collectionneurs.

Frank Leutenegger


***********

Armes et suicides: le couple maudit
Le Nouvelliste 11 janvier 2011 - CHRISTIANE IMSAND  

Commentaire de Frank Leutenegger - mardi 11 janvier 2011, 11:57
Etonnant de constater que quand votre journaliste parle des chasseurs, elle explique qu'il y en a qui sont partisans de l'initiative, comme, par exemple, au hasard, Stéphane Rossini, vice-président du PS, mais quand elle s'adresse aux psychiatres, elle souligne que Dominique Baettig est bien le seul, vraiment le seul, à avoir une opinion contre l'initiative.
Les médecins comme Monsieur Vallon disent que la baisse du nombre de suicides par arme à feu est due à la baisse du nombre d'armes militaires en circulation. Avec la réduction de l'armée, la diminution du nombre d'armes est de 10% en gros. En 10 ans le nombre de suicides par armes à feu a baissé de 58%, selon l'Office fédéral de la statistique. On voit qu'il n'y a pas de relation

***********

swissinfo.ch
10. janvier 2011 - 13:08    
La Suisse, son chocolat, ses montagnes… et ses fusils
Par Olivier Pauchard 

Frank Leutenegger, Switzerland
Excellent article, qui montre bien à l'étranger une particularité helvétique. On peut discuter des chiffres, mais on tombe dans le risque de la manipulation (comme la pratique certains médecins peu soucieux de vérité)… 2,3 millions, 2,5, voire 4 ou 5 millions comme le pensent certains. Peu importe. Dans son article, destiné à des lecteurs étrangers, Olivier Pauchard aurait encore pu insister sur une réalité qui saute aux yeux de ces visiteurs: le sentiment de sécurité de notre pays, par rapport à la plupart des leurs.


***********

le 10 janvier 2011

Voici le texte transmis au courrier des lecteurs de 24 Heures, ce jour. Avec 1700 signes au maximum, il n'est pas possible de s'étendre sur tout. J'ai choisi celui mentionné ci-dessous. J'ai remarqué que le courrier des lecteurs est souvent lu. Je vous encourage à en faire de même. Cordiales salutations.  

Mesdames,

Dans quelques jours  vous serez appelées à vous prononcer sur la confiance que vous accordez à celui qui partage votre vie depuis des années, voire des décennies, par le bais de l’initiative sur la violence des armes. Ces pseudos bien pensants, suggèrent que vous êtes en danger car celui qui vous a apporté bonheur,  amour et sécurité durant tant d’

années, éventuellement le père de vos enfants, est en fait un danger potentiel susceptible d’ »exploser » à tout instant et d’utiliser cette arme militaire, confiée en son temps par une institution qui, tout comme vous, a su lui faire confiance. Cette arme, probablement qu’il l’utilise pour assouvir sa passion du tir, partager un  moment de convivialité, ce qu’il fait depuis longtemps et que vous avez, jusqu’à présent, su comprendre et partager. D’un coup, on vous met en tête que ce même mari, frère, conjoint ou ami, est finalement une menace constante pour vous. Question que vous ne vous êtes jamais posées avant. Alors, trouvez-vous normal qu’il doive se demander s’il pourra continuer sa passion du tir,  sport au même titre qu’un autre ? parce que des gens vous effraient en prétendant qu’il faut la lui retirer, comme à tous les autres, sans distinction de cas, sous prétexte que c’est « pour votre bien », vous qui le connaissez mieux que quiconque, avez su et savez  toujours lui faire confiance ? Sachez respecter sa passion qui, jusqu’

à maintenant, ne vous a jamais interpellé. Notre pays passe pour un exemple en matière de confiance accordée envers nous. Les initiants n’ont pas confiance en nous, sauf si vous votez pour eux. Qui connaissez-vous le mieux ; eux ou vos familiers ? Merci de refuser cette initiative.


***********

10.janvier 2011

Chers amis,

Faisant suite à l'initiative «Pour la protection face à la violence des armes», je désire mettre sur pied une initiative similaire «Pour la protection face aux dangers des briquets», en reprenant l'excellente argumentation contre les armes.

Grâce à cette initiative interdisant l'utilisation des briquets en Suisse, on devrait diminuer les risques et les dangers liés à l'utilisation des briquets. Voici le comparatif des argumentations. Avec cela, ça va passer sans problèmes!!!

Pour la protection face à la violence des armes

 

Pour la protection face aux dangers des briquets

Selon l'ordre des médecins, "C’est une question de santé publique, de prévention du suicide […] plus de 90% des décès par arme à feu sont des suicides."

Selon moi, c’est une question de santé publique, de prévention du cancer du poumon. Une majorité des fumeurs utilisent des briquets pour allumer leurs cigarettes.

 

Il est donc évident que le fait de supprimer les briquets va empêcher les fumeurs d'allumer leur clope.

Il est tout aussi évident qu'ils n'auront jamais l'idée d'utiliser un autre moyen pour arriver à leurs fins.

 

Les armes sont utilisées par les criminels pour commettre leurs crimes; interdire les armes, c'est diminuer les risques de se trouver face à un forcené armé qui vous tire dessus.

Si on en croit l'ordre des médecins, cela représente une partie des 10% de décès par arme à feu.

Les briquets sont utilisés par les pyromanes pour commettre leurs incendies criminels; interdire les briquets, c'est diminuer les risques que nos forêts soient en feu.

 

Ah ça, on a de la chance, on n'en a pas trop de pyromanes par chez nous, mais c'est clair, sans briquet, ils seront résignés, on est sauvé!

 

Interdire les armes permettrait de diminuer les accidents dus à leur utilisation inappropriée, ou l'utilisation par des tiers non autorisés, comme les enfants par exemple. Plus d'armes, plus d'accidents!

Toujours selon l'ordre des médecins, cela représente une autre partie des 10% de décès par arme à feu.

Interdire les briquets permettrait de diminuer le nombre d'accidents (incendie d'habitations, brûlures) par leur utilisation inappropriée ou l'utilisation par des tiers non autorisés, comme les enfants par exemple; les briquets permettent d'allumer des bougies et autres objets inflammables qui peuvent provoquer des incendies accidentels. Plus de briquets, plus d'accidents!

 

 

Bon, là, c'est en effet un point sensible. L'interdiction du briquet va avoir un impact sur les accidents. Les voisins qui voient leur appartement partir en flamme parce que j'ai laissé ma bougie allumée sans surveillance auraient probablement été heureux que je n'aie pas eu la possibilité d'utiliser un briquet.

Au fait, " j'ai laissé ma bougie allumée sans surveillance", cela ne tombe pas sous le coup d'un truc du genre "je suis responsable des dommages que je cause à autrui"? Si seulement il y avait une loi pour obliger les individus à mettre leurs briquets dans un lieu sous clé pour ne pas qu'ils puissent être utilisés par des tiers…

Et allons-y, étouffons un peu plus la population sous le poids des interdictions, du cumul des règlements. Et surtout qu'on ne lui laisse pas prendre de décisons ni avoir le moindre sens des responsabilités et des valeurs. Non, ce serait mal, elle finirait par réfléchir.

Si mes souvenirs sont exacts, on retrouve cegenre d'idées dans le féodalisme, non?

Voilà, je remercie ceux qui ont tout lu et je vous prie de bien vouloir soutenir mon initiative en vous inscrivant sur mon site:http//www.initiative-a-la-con.ch

Et en prime l'une des affiches de la campagne.

 

 


PS: finalement, ça me donne envie de créer ce site… faudrait que je trouve un peu de temps à l'occaz!

Bonne journée à tous, 

Pierre A. Matile


***********
07.01.2011 ceux qui connaissent l'histoire.

"...les Constituants de 1789 et les rédacteurs de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ont indiqué que le droit pour les citoyens de détenir des armes constituait un droit naturel existant en tout lieu depuis des temps immémoriaux, c’est-à-dire, « un principe supérieur et intangible, qui s’impose non seulement aux autorités d’un État déterminé, mais aux autorités de tous les États ».

Ainsi, dans le cadre de l’examen du projet de déclaration des droits du « Comité des cinq » destiné à recevoir les plans de Constitution, Monsieur le comte de Mirabeau avait proposé que soit adopté un article X dans la rédaction suivante : « Tout citoyen a le droit d’avoir chez lui des armes, et de s’en servir…».

Or, les membres du comité ont considéré à l’unanimité que « le droit déclaré dans l’article X non retenu était évident de sa nature, et l’un des principaux garants de la liberté politique et civile que nulle autre institution ne peut le suppléer ».

Cette mention est d’une extrême importance. Elle appartient directement aux travaux préparatoires de la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen du 26 août 1789. Or, elle pose ici, pour l’avenir et en particulier pour la discussion et le vote de la Déclaration de 1789, une clef d’interprétation de ce que peut receler le mot « droit naturel ».

De plus, les membres du comité des cinq ajoutèrent : « qu’il est impossible d’imaginer une aristocratie plus terrible que celle qui s’établirait dans un État, par cela seul qu’une partie des citoyens serait armée et que l’autre ne le serait... pas ; que tous les raisonnements contraires sont de futiles sophismes démentis par les faits, puisque aucun pays n’est plus paisible et n’offre une meilleure police que ceux où la nation est armée ».

En effet, réserver la possession des armes à une catégorie de citoyens aurait conduit à rétablir le système de l’Ancien Régime, c’est-à-dire le régime de privilèges alors aboli et alors même qu’on venait tout juste de rendre au peuple le droit, autrefois réservé à la noblesse, d’avoir des armes. (...) "



***********

Lettre ouverte d'une lectrice aux bien-pensants...


"Monsieur le docteur, savez-vous qu'il y a plus de personnes qui meurent en avalant des médicaments qu'en se servant d'une arme à feu? Que la majorité des médicaments pris à une dose mortelle sont disponibles uniquement sur prescription médicale? Que certains médicaments utilisés en psychiatrie font augmenter les taux de suicide? Avez-vous pensé que certaines personnes se suicident parce qu'elles ne se sentent pas entendues du corps médical? Mais vous avez raison de focaliser l'attention du public sur les armes à feu, cela vous permet de fournir une solution simple à la complexité de la souffrance humaine. Et surtout, cela évite au système psychiatrico-médico-

pharmaceutique de se poser certaines questions et d'apporter une contribution véritable à ce problème."

 

(Je précise que je connais l'auteur)



***********

Si vous voulez avoir une idée de ce qui peut vous arriver regardez donc ce qui se passe chez vos voisins ... 
Vous pouvez être satisfaits de la législation en vigueur dans votre pays , il est difficile de trouver mieux sauf à regarder vers les USA.
Il faut seulement vous souhaiter de conserver longtemps vos droits , je pense que vous avez toutes vos chances, le peuple Suisse étant très attaché aux libertés individuelles et en particulier au droit citoyen de détenir des armes.
Les anti , les journaleux , font beaucoup de bruit, mais ils sont très minoritaires dans le 
pays.

Soyez heureux !

***********

Bonjour,
Ayant vu la conférence de presse pour cette initiative, je m'inquiète. Les "responsables" policiers et militaires présents ont clairement donné l'impression de la soutenir!!
Règne du consensus mou, lâcheté de haut fonctionnaires défendant leur perchoir??? Je perd un peu plus chaque jour le peu de confiance qu'il me reste dans l'état de droit!
Le citoyen Suisse doit se taire, payer et surtout ne pas se défendre, il est un citoyen de seconde zone...
Je suis avec vous, sans illusions.

**********

TIR FEDERAL 2010 à lieu une fois tous les 5 ans et non pas toute les années et pour cette édition
+ de 40'000 tireurs et pas d'accident..... et oui comme quoi…..
Comme me dit toujours le patriarche de ma Société de tir, qui tir depuis plus de 60 ans, Ce n'est pas l'arme qui est dangereuse, c'est l'arrière crosse.
Et si un certaines classe de politiciens, pense quand désarmant un pays on pourra un donner une leçon au autre, ceci n’est qu’utopie. Quand à nos politiciens responsables de ce merdier (faut pas avoir peur de le dire) apportaient des solutions sur le mal de la société, au lieu de vouloir systématiquement mettre un emplâtre sur une jambe de bois, et bien nous réglerions plus de problèmes.
Que de vouloir absolument démonter notre pays et un faire bientôt une enclave ou seulement les criminelles et autres rastaquouets, pourrons œuvrer en toutes impunités. Ce qui est déjà passablement le cas maintenant, quand on vois que l'on donne mille et une excuse a une certaine classe de personne, mais si tu as le statuts de suisse, tu paye et tu ferme ta gue.... et surtout tu n’affiche pas tes couleurs.
Moi je dis STOP, soyons fiers de notre pays et a ce titre défendons le avec fierté et sagesse.

**********
Comments